En train de lire
Édito #1 – Ouverture du site « EDEN La Revue »

Édito #1 – Ouverture du site « EDEN La Revue »

« Ce que j’ai lu était épatant. C’était lumineux, brillant et ça m’a traversé, ça m’a chauffé comme le soleil et éclairé comme un projecteur. Voilà l’effet que ça m’a fait… Mais il se peut bien que je ne connaisse pas grand-chose. » (Martin Eden, Jack London, 1909)

 

Jeune marin à l’âme vagabonde issu des quartiers pauvres d’Oakland, Martin Eden est un esthète. Sa sensibilité à la beauté fait brûler chez lui un désir ardent de se plonger à corps et à coeur perdus dans l’art, la poésie, la philosophie. Émerveillé dans un premier temps par tous les trésors que la culture a à lui offrir, il est désabusé quand il assiste à la prostitution de la beauté, souillée par les codes et la valeur monétaire. Martin Eden est l’incarnation de la beauté brute, autotélique et sauvage dont le talent était « d’attraper des papillons à coups de massue ».

Inspirées par cette recherche perpétuelle de la beauté, nous avons voulu donner naissance à EDEN La Revue en référence à l’apprentissage autodidacte du personnage éponyme. EDEN en référence à un marin amoureux de l’art. EDEN comme un lieu de délices, un séjour plein de charmes, un état de bonheur et de volupté. Car la culture est pour nous un voyage. Étudiantes à Sciences Po Lille, nous avons la volonté de partager nos ressentis et nos découvertes culturelles à travers une revue libre, pour se créer la possibilité de revoir nos rencontres culturelles les plus marquantes. Toutes les trois cherchant à capter la beauté dans l’art, les mots, les images et les sons, nous avons éprouvé un besoin commun et irrésistible de tenir ce qui se rapprocherait d’un journal intime culturel. EDEN La Revue est ainsi née dans nos esprits en septembre 2019.

Pourtant Martin Eden, loin d’être le double je de Jack London, représente l’individualisme à son paroxysme. Nous ne prétendons pas écrire par et pour nous, mais pour tous, conscientes que nos configurations d’études peuvent nous limiter dans nos savoirs et nos pensées. Martin Eden est un antihéros dont l’absence de conscience sociale ne mène qu’à de la rusticité intellectuelle. Mal compris, son point de vue peut être dangereux. Le succès de Martin Eden reste tragique, malgré une ascension fulgurante depuis les bas-fonds de la bourgeoisie, car il perd tout contact avec la réalité et le caractère pérenne et liant de la culture. Or sans les autres, toute création artistique est impossible.

Il s’agit alors simplement pour nous de créer un espace, que l’on espère collectif, pour exprimer notre sens du Beau personnel, propre à chacune et grâce auquel nous pouvons nous émerveiller chaque jour sans barrières. Par notre démarche, nous espérons figer, cristalliser des émotions, les partager et parfois tenter de les comprendre.

Bonne lecture sur notre site !


Sonia, Aude et Yulia

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Copyright © 2020 EDEN La Revue. Tous droits réservés.