En train de lire
THÉÂTRE CHINOIS (2/4) | « Thunderstorm » : inceste, corruption et patriarcat

THÉÂTRE CHINOIS (2/4) | « Thunderstorm » : inceste, corruption et patriarcat

Le théâtre chinois est très peu connu en Occident. Pourtant, la richesse des thématiques abordées et la diversité des genres apportent des éléments inestimables pour comprendre l’histoire de la société chinoise. Prenant racine sous la dynastie Yuan (1279-1367) avec le théâtre-opéra chinois, cet art est parvenu à survivre jusqu’à nos jours, se renouvelant parfois mais toujours en préservant cette tradition artistique qui se perpétue depuis des siècles. Reflets des époques au cours desquelles elles ont été écrites, ces pièces ont activement contribué à l’évolution des mœurs en Chine. Après avoir découvert le théâtre opéra avec Wang Shifu, EDEN La Revue vous présente la pièce Thunderstorm (1934) du dramaturge Cao Yu.

Les influences occidentales de Tianjin et la société d’art dramatique de Nankai

Cao Yu est le pseudonyme du dramaturge chinois Wan Jiabao (1910-1996). Issu d’une famille de la classe supérieure originaire de la province de Hubei, il déménage très jeune avec ses parents à Tianjin, ville cosmopolite à forte influence occidentale. Pendant toute son enfance, sa mère lui fait découvrir des productions d’opéra traditionnel chinois. Elle lui montre aussi des pièces de style occidental, progressivement popularisées au début du XXème siècle. 

Durant son adolescence, Cao Yu fréquente le lycée Nankai de Tianjin où il intègre la société d’art dramatique. Au sein de ce programme, les étudiants se produisent dans des œuvres occidentales, notamment celles d’Henrik Ibsen et Eugene O’Neill. Ces derniers obtiennent une reconnaissance en Chine par les traductions du philosophe et écrivain Hu Shi (1891-1962). Le jeune Cao Yu joue alors divers rôles au sein des productions dramatiques de cette société. Il endosse même le rôle féminin de Nora dans La Maison de Poupée d’Ibsen. La troupe prospère à Tianjin sous la tutelle du célèbre dramaturge Zhang Peng Chun (1982-1957).

Cao Yu, dramaturge pionnier du huaju

Après la fin de ses études à l’école secondaire de Nankai, Cao Yu s’inscrit au département des sciences politiques de l’université de Nankai. Mais très vite, il rejoint l’université Tsinghua à Pékin où il intègre le programme de littérature occidentale. Les années passées au sein de cette université s’avèrent déterminantes pour le développement de Cao Yu en tant qu’écrivain. Il y découvre les écrits d’auteurs russes à l’instar d’Anton Tchekhov et Maxim Gorky, mais aussi des dramaturges tels qu’Eschyle, Shakespeare, Henrik Ibsen, George Bernard Shaw et Eugene O’Neill. Tous ont utilisé le théâtre pour dénoncer la corruption sociale à différentes époques. Cette immersion dans la littérature occidentale marque le style de Cao Yu dans toutes ses œuvres. 

Il écrit et publie sa première pièce en 1934 dans le magazine littéraire Four Months of Literature. Intitulé Thunderstorm (Léiyǔ), ce travail est pionnier du genre huaju. Fortement marqué par des influences occidentales, le huaju est un théâtre parlé qui se distingue du théâtre traditionnel chinois, caractérisé par de l’opéra chanté. Ce genre émerge sous l’influence d’intellectuels tels que Chen Duxiu et Hu Chi. Ils étaient partisans d’une campagne de renouvellement culturel qui se cristallise en 1919 dans le mouvement du Quatrième Mai. Si l’influence du théâtre occidental marque l’œuvre de Cao Yu, elle n’a pas entraîné de simple mimétisme. En effet, lui et plusieurs de ses contemporains ont lancé la vague du drame réaliste dans les années 1930. Ce courant a donné une nouvelle dimension au drame chinois, dès lors instrument de critique de la société chinoise.

Une pièce de renommée internationale 

Thunderstorm est la première pièce d’une trilogie de Cao Yu comprenant également Sunrise (Rìchū, 1936) et The Wilderness (Yuányě, 1937). Elle est désormais considérée comme l’une des œuvres dramatiques les plus populaires de la période précédant l’invasion japonaise de la Chine en 1937. Peu de temps après sa publication, une production de la pièce est montée à Jinan, puis à Shanghai et à Tokyo en 1935. En 1936, Thunderstorm est montée à Nanjing avec Cao Yu lui-même dans le rôle principal. 

Les œuvres de dramaturges chinois antérieurs à Cao Yu sont d’un intérêt historique fondamental mais leurs renommée est circonscrite à la Chine. En revanche, les œuvres de Cao Yu suscitent un intérêt mondial. Il est ainsi le premier dramaturge chinois de renommée internationale. Malgré les imperfections techniques mises en lumière par certaines critiques, Thunderstorm a indéniablement contribué à l’émergence du théâtre moderne en Chine. Il est toutefois incontestable que la thématique de l’inceste qui y est abordée lui vaut son succès, suscitant le scandale public lors de sa publication. 

« Thunderstorm » produite par le Beijing People's Art Theater, 2004

L’impossible romance entre deux catégories sociales

L’intrigue de Thunderstorm s’ancre dans les années 1930 et implique des relations de sang complexes. Cette pièce montre la relation ambiguë et torturée entre les membres de deux familles : les Zhou, issus de la classe supérieure, et les Lu, famille de mineurs pauvre. Plus précisément, ce drame porte sur la destruction psychologique et physique de ces deux familles suite à un inceste, entraîné par les mensonges de Zhou Puyuan, patriarche dépravé et corrompu. Cao Yu met en évidence un lien politique et idéologique étroit entre les capitalistes chinois et les traditions féodales profondément enracinées. Thunderstorm se présente comme une critique des anciennes valeurs morales chinoises. 

Trente ans plus tôt, Zhou Puyuan renvoie la servante Shiping avec qui il a un enfant illégitime, Zhou Ping. Évincée de la famille Zhou en raison de son rang social, la servante tente de se suicider. Elle laisse son enfant derrière elle, mais elle survit. Shiping donne naissance à un deuxième enfant de Puyuan, Lu Dahai, peu après avoir épousé un homme pauvre. Ce dernier devient plus tard le père de sa fille. Tout au long de la pièce, elle se présente sous le nom de Lu Ma, gardant son identité cachée au lecteur ainsi qu’aux autres personnages. Il s’avère que Zhou Puyuan la pense morte et Zhou Ping a oublié son existence. 

Un patriarche tyrannique aux origines du drame familial

Dans le présent Zhou Puyuan s’est marié à une jeune femme de bonne famille nommée Fanyi, à peine plus âgée que son fils Zhou Ping et avec qui elle entretient une relation. Avec Fanyi, le patriarche a un fils nommé Zhou Chong. De nature égoïste, hypocrite et manipulatrice, Puyuan règne en dictateur sur son foyer. Sifeng, la fille de Shiping, revient travailler à la place de sa mère en tant que bonne. Elle tombe alors amoureuse de son maître, Zhou Ping. Un schéma qui semble se reproduire à l’exception que ce dernier est son frère. Les influences occidentales de Cao Yu nourrissent l’intrigue de Thunderstorm. En effet, ce récit rappelle Les Revenants d’Ibsen avec la présence d’un patriarche qui a mis enceinte sa servante, la tragédie se poursuivant par une romance entre ses enfants.

Découvrant que Shiping est encore en vie, Zhou Puyuan lui propose de l’argent pour l’éloigner de sa famille et ne pas entacher la réputation de son nom. En parallèle, délaissée par Zhou Ping, Fanyi sombre dans la folie. Prête à tout pour se venger, elle découvre au fur et à mesure le mensonge familial entretenu par le patriarche. L’hypocrisie et le mensonge de la famille mènent inévitablement à la tragédie lorsque tous les secrets sont révélés. Découvrant que Zhou Ping est son frère de sang, Sifeng s’enfuit et se fait électrocuter par un fil électrique sous tension pendant un orage. Également amoureux de Sifeng, Zhou Chong meurt accidentellement lorsqu’il essaye de sauver celle qui s’avère être sa demi-sœur. Apprenant la mort de sa sœur et amante entraînée par les mensonges de sa famille, Zhou Ping se suicide. Endeuillées, Shiping et Fanyi finissent internées dans un hôpital psychiatrique. 

Le patriarche Zhou Puyuan, 2004, Beijing People's Art Theater

Une tempête continuant de bouleverser les sociétés 

Après son triomphe dans les théâtres, la pièce a fait l’objet de deux productions cinématographiques, l’une à Shanghai et l’autre à Hong Kong. Réalisée en 1957, cette dernière met en vedette le jeune Bruce Lee dans l’un de ses rares rôles non combattants. En 1995, le réalisateur Ho Yi a produit une version cinématographique en cantonnais, avec la bénédiction personnelle de Cao Yu. 

Le compositeur Mo Fan présente un opéra chinois moderne basé sur Thunderstorm en 2001. En 2012, le metteur en scène de théâtre d’avant garde Wang Chong a réalisé Thunderstorm 2.0. Cette performance multimédia à la Trojan House à Pékin utilise quatre caméras et un montage en temps réel. Ella a ensuite été présentée en tournée au Taipei Arts Festival, au Israel Festival à Jérusalem ainsi qu’au Under the Radar Festival à New York. Ce sont trois festivals auxquels aucun spectacle chinois n’avait été présenté auparavant. La postérité de Thunderstorm témoigne du bouleversement que cette pièce a provoqué dans le théâtre chinois mais également dans la société du XXème siècle.

Lire la vidéo
View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Copyright © 2020 EDEN La Revue. Tous droits réservés.